Journée internationale des femmes - 8 mars 2012 [es]

La journée internationale des femmes puise ses origines dans les luttes menées en faveur des droits des femmes et de l’égalité hommes-femmes au début du XXème siècle. Le 8 mars a été officiellement retenu par l’ONU comme journée de promotion des droits des femmes depuis 1977.

Cette année, le thème officiel de la Journée internationale de la femme est : L’autonomisation des femmes rurales et leur rôle dans l’éradication de la pauvreté et de la faim, le développement et les défis actuels." Pour autant, cette journée est l’occasion de revenir sur toutes les actions et les engagements pris en faveur de la promotion de la défense des droits des femmes et de l’égalité des sexes.

I. POLITIQUE DE LA FRANCE EN FAVEUR DES DROITS DES FEMMES ET DE L’ÉGALITÉ

La France défend et promeut le droit des femmes. Il s’agit de l’une des priorités majeures de sa diplomatie en matière de respect et de protection des droits de l’Homme.

- Active pour la défense et la promotion des droits des femmes dans les enceintes internationales, la France a notamment contribué à l’adoption des résolutions "Femmes, paix et sécurité" du Conseil de sécurité qui appellent les États à renforcer la protection des femmes pendant les conflits et à favoriser la participation des femmes aux négociations de paix et aux processus décisionnels. Elle a adopté un plan national d’action pour la mise en œuvre de ces résolutions, en octobre 2010.

JPEG

- La France est particulièrement attachée au respect et à la mise en œuvre de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW- 1979) et de son protocole facultatif, et des textes issus des conférences du Caire sur la population et le développement (1994) et de Pékin sur les femmes (Déclaration et Programme d’action de Pékin, 1995). La France sera représentée lors de la 56ème session de la Commission pour la condition de la femme (New York 27 février - 9 mars) pour que la communauté internationale réaffirme son engagement à faire avancer les droits des femmes et l’égalité des sexes.

- Par ailleurs, la France soutient activement ONU Femmes, dont elle était membre du Conseil d’administration en 2011 et avec laquelle elle développe plusieurs actions de coopération. La France a ainsi mis en place, en partenariat avec ONU Femmes un programme de lutte contre les violences dans le monde arabe (Algérie, Jordanie, Maroc) et l’Afrique sub-saharienne (Cameroun, Mali, Niger) ainsi qu’un programme d’accès des femmes à la justice en Afghanistan.

- Dans le cadre des engagements français du G8 de "Muskoka", la France s’est engagée à investir 500 Millions d’euros supplémentaires dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile. Dans ce cadre, un partenariat a été noué avec ONU Femmes pour un montant de 5 Millions d’euros sur 5 ans (2011-2015).

- Elle a également participé activement à l’élaboration de la Convention du Conseil de l’Europe pour prévenir et combattre les violences contre les femmes et les violences domestiques, dont elle est l’un des premiers signataires (mai 2011) et dont la procédure de ratification est en cours.

- Téléchargez le document : "La stratégie française pour l’égalité femme-homme"

PDF - 1.4 Mo
La stratégie française pour l’égalité femme-homme
(PDF - 1.4 Mo)

Quelques exemples d’actions en 2012

- Le ministère des Affaires étrangères et européennes organise une conférence-débat : "Printemps arabe : Printemps des femmes ?" - le 7 mars à l’Institut du Monde Arabe à Paris.
JPEG

La France veut rendre hommage au rôle joué par les femmes dans les "Printemps arabes" et marquer son attachement aux libertés qu’elles conquièrent à cette occasion.

La conférence-débat "Printemps arabe : Printemps des femmes" réunira des ministres, des parlementaires, des représentants du monde de la recherche, de la société civile et des agences des Nations Unies ainsi que de nombreuses personnalités du monde arabe impliquées dans la défense et la promotion des droits des femmes, dontMme Sihem Badi, ministre tunisienne de la Femme et de la Famille et Mme Huriah Mashoor, ministre des droits de l’Homme du Yémen.

Cette conférence sera inaugurée par Mme Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale de la France et s’organisera autour de quatre tables-rondes :

  • la place des femmes en politique et dans les processus électoraux ;
  • leur rôle dans les processus de justice transitionnelle ;
  • leur place sur le marché du travail et les conditions de leur autonomie économique ;
  • l’éducation et la défense des droits des femmes dans la région.

Le ministère des Affaires étrangères et européennes souhaite souligner le rôle particulier joué par les femmes et les jeunes dans les transitions politiques, économiques et sociales en cours. Leur prise en compte dans les politiques de développement et de modernisation des pays arabes apparait essentielle.

- M. Alain Juppé, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes réunira les participantes du colloquePrintemps arabe : Printemps des femmes" autour d’un déjeuner-débat le 8 mars auquel participeront des parlementaires françaises et plusieurs ambassadrices en poste à Paris.

II. LE RÔLE DES NATIONS-UNIES

Rares sont les causes dont l’ONU assure la promotion qui aient suscité un appui plus intense et plus vaste que la campagne menée pour promouvoir et protéger l’égalité des droits des femmes.

La Charte des Nations unies, signée à San Francisco en 1945, a été le premier instrument international à proclamer l’égalité des sexes en tant que droit fondamental de la personne humaine. Depuis, l’Organisation a aidé à créer un patrimoine historique de stratégies, normes, programmes et objectifs convenus au plan international pour améliorer la condition de la femme dans le monde entier.

JPEG

Au fil des ans, l’action menée par l’ONU en faveur de la promotion de la femme a pris quatre orientations précises :
- promotion de mesures juridiques ;
- mobilisation de l’opinion publique et de l’action internationale ;
- formation et recherche, y compris compilation de statistiques ventilées par sexe ;
- assistance directe aux groupes désavantagés.

Aujourd’hui, l’un des principes d’organisation centraux des travaux de l’ONU est qu’aucune solution durable aux problèmes sociaux, économiques et politiques les plus pressants de la société ne peut être trouvée sans la pleine participation, et la pleine autonomisation, des femmes du monde entier.

III. JOURNÉE DE LA FEMME : QUELQUES CHIFFRES EUROPÉENS

GIF
A l’occasion de la journée de la femme, le site de l’Union Européenne "Toute l’Europe" fournit quelques éléments de comparaison sur la situation des femmes en Europe.

Ainsi l’on apprend qu’en moyenne, les femmes sont plus nombreuses à faire des études supérieures que les hommes, en 2011, elles ont obtenu 58,9 % des diplômes délivrés par des universités européennes, contre 55 % en 2010.

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à travailler dans l’Union européenne, 62,5 % des femmes travaillent actuellement, contre 58,2 % en 2010, selon Eurostat. Cependant, 31,4 % d’entre elles travaillent à temps partiel (soit un pourcentage quatre fois plus élevé que chez les hommes).

Selon les chiffres les plus récents, en moyenne, l’écart de rémunération (c’est-à-dire la différence moyenne entre le revenu horaire brut des femmes et celui des hommes dans l’ensemble des secteurs économiques) entre les hommes et les femmes s’est établi à 16 % au sein de l’Union européenne en 2011. Ils confirment une légère tendance à la baisse observée ces dernières années, puisque ce chiffre avoisinait auparavant les 17 %, voire plus. Le taux d’écart varie d’environ 2 % en Pologne à plus de 27 % en Estonie.

Dernière modification : 09/03/2012

Haut de page