Libye : déclarations du porte-parole du MAEE [es]

JPEG

Paris, le 14 mars 2011

Au point de presse de ce jour, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères et européennes a fait les déclarations et a répondu aux questions suivantes :

- Question -Avez-vous un projet de texte de résolution au Conseil de sécurité ou en êtes-vous toujours à des discussions ? L’option militaire est-elle toujours sur la table ?

Réponse - Les conclusions du Conseil européen du 11 mars, comme la résolution de la Ligue arabe du 12 mars, démontrent l’engagement ferme de la communauté internationale à protéger les populations civiles en Libye, à qui le régime de Mouammar Kadhafi, qui s’est définitivement disqualifié, inflige de terribles violences, comme l’a rappelé le ministre d’État hier.

Alors que la situation sur le terrain se détériore, nous ne ménageons aucun effort, en concertation avec nos partenaires de l’Union européenne, du Conseil de sécurité des Nations unies et de la Ligue arabe ou encore du Conseil national de transition (CNT) afin d’atteindre l’objectif de protection de la population civile en Libye et de respect du droit international humanitaire. A cet égard, aucune option n’est exclue.

Le ministre évoquera prioritairement cette question aujourd’hui avec ses homologues du G8, afin notamment de trouver un accord pour avancer le plus rapidement possible au Conseil de sécurité, dont la Ligue arabe a notamment demandé la saisine.

Depuis que la France a été le premier pays à reconnaître le Conseil national de transition (CNT) jeudi dernier, à l’occasion de l’entretien entre le président de la République et deux émissaires du Conseil, nous avons maintenu un contact permanent avec ses représentants, à Paris ou ailleurs. Nous nous félicitons par ailleurs que l’Union européenne, sur la base des conclusions du Conseil du 11 mars, et la Ligue arabe, sur la base de sa résolution du 12 mars, aient également reconnu le CNT comme interlocuteur politique./.

Dernière modification : 24/03/2011

Haut de page