Francophonie 2015 : danse contemporaine avec Myriam Soulanges [es]

L’Ambassade de France au Venezuela, l’Alliance Française et la Direction des Affaires Etrangères de Martinique ont le plaisir de présenter la Compagnie de Danse Myriam Soulanges, de Guadeloupe et Martinique, invitée d’honneur de la Francophonie 2015 pour se produire dans deux villes : Caracas et Maracaibo.

Les deux chorégraphies de 20 minutes chacune traitent le thème de l’identité. Myriam Soulanges et Laurent Troudart se produiront avec : « Mika heure locale » et « Alé é Rivé », cette dernière lauréate au concours “Danse Arc-En-Ciel” organisé par la Scène Nationale de Guadeloupe.

« Alé é Rivé »

Un duo issu d’une réflexion sur un sentiment et un besoin d’attachement à une terre, une personne, un souvenir, un espace, ou peut-être simplement une odeur… un son.
Cette recherche d’identité inépuisable remplie de paradoxes contrarie le corps du danseur, passant de la fluidité au chaos, constamment rappelé à son origine, lié, relié, aspiré par ses mémoires. Mais l’envie, l’urgence de la fuite, de soi, de soi face à l’autre, de soi face au monde nous renvoie à l’origine, au commencement, à l’histoire, au passé, à notre condition sociale, toutes ces ficelles qui nous tiennent, nous obsèdent...vivre avec, vivre en marge, ne plus appartenir.
L’isolement ou une liberté utopique.

« Mika heure locale »

Englué dans le réel, chacun cherche à s’en arracher, décoller, déguerpir…danser !
Au sol, deux carrés de lumière découvrent deux pieds dans les airs, deux autres posés à plat, "l’ère de l’individu, seul au monde", traversé par ses influences, à la recherche d’une issue, d’un nouvel espace, aire de jeux, de parole, de corps, de survie.

La mémoire prend place, état de conscience passé qui envahit ces corps et se charge de les plonger face à eux-mêmes, face à face, face à leurs mots : "Identité chabinisée, mixée, arrangée".

JPEG

INFORMATION DES REPRESENTATIONS A MARACAIBO : http://afmaracaibo.org
Le 17 Mars au Teatro Baralt à 19h30

La compagnie Myriam SOULANGES

Myriam Soulanges s’installe définitivement en Guadeloupe en 2009 et de là commence pour elle, un travail de recherche autour de l’écriture chorégraphique.
Elle est lauréate du concours des jeunes chorégraphes organisé par l’Arcthipel, scène nationale de Guadeloupe, et crée sa propre compagnie en 2011. Depuis, la compagnie a acquis une renommée sur le territoire et est régulièrement invitée, avec ses 2 pièces « Alé é rivé » et « Mika, heure locale », au sein de la programmation Guadeloupéenne.

Puis commence un rayonnement au delà de l’île : Festival « on marche » Marrakech, Festival « I’Trôtra » Madagascar, Festival « rencontres de danses métisses » Guyane, Festival « Plataformabailadanza » Cuba, biennale « Fort de danse » Martinique, Festival « Chemins des arts » Nièvre, Festival « Le temps d’aimer la danse » Biarritz, Festival d’Avignon à la Chapelle Du verbe Incarné , Guyane Saint Laurent du Maroni et Mana, « Tournée des Alliances Françaises » : Jamaïque, Sainte Lucie, Saint Kitt’s, Nevis, Haïti et le TARMAC à Paris.

La compagnie explore des thématiques où l’identité, la différence, l’appartenance sociale ou encore le refus sont fortement présents comme une sorte de pensée incessante, inlassablement contemporaine et au coeur d’une actualité au plus proche du monde, de l’homme, de la femme, de nous…

En 2014, 2 nouvelles pièces viennent se joindre au répertoire de la compagnie : « Principe de précaution » co-production et co-chorégraphie avec Marlène Myrtil et la Martinique et « Popul’hair ».

Elles ont été présentées en Guyane, Martinique, Guadeloupe en 2014.

« Quelle est ma danse ? Cette question m’a été posée par le chorégraphe Taoufiq Izeddiou. Elle résonne encore aujourd’hui dans chacune de mes explorations. C’est une façon de me positionner en tant que chorégraphe en perpétuelle recherche. Un chemin sans fin car identitaire. Il existe une multitude de moyens pour aborder ces contours. Je ne sais pas encore prendre la parole mais je donne à mon corps le poids de mes mots, la rapidité de mes idées, la fulgurance de mes questions et parfois la fluidité et la poésie à laquelle j’ai envie d’appartenir. »

Myriam Soulanges.

LA FRANCOPHONIE

La Francophonie dans le monde comprend l’une des communautés linguistiques les plus grandes, elle n’est pas limité à l’existence d’une langue commune entre les peuples qui la conforment, mais aussi aux valeurs humanistes répandues par la langue française. Ce sont les deux piliers sur lesquelles repose son représentant maximal : l’Organisation Internationale de la Francophonie.

VOIR LE PROGRAMME COMPLET DE LA FRANCOPHONIE AU VENEZUELA ICI

Retour d’expérience : photos de trois ateliers organisées dans le cadre de la visite de la Cie Myriam Soulanges :

Avec les élèves du Lycée Français de Caracas :
JPEG

Avec les lycéens des écoles de Petare (Mairie de Sucre) :
JPEG

Avec les élèves de danse de UNEARTE :
JPEG

Dernière modification : 01/08/2017

Haut de page