Cérémonie de décoration du Docteur Jacinto Convit de la Légion d’Honneur [es]

M. Jean-Marc Laforêt, Ambassadeur de France au Venezuela, a remis le 1er mars dernier, au nom de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République française, les insignes d’Officier dans l’ordre de la Légion d’Honneur au Docteur Jacinto Convit, Directeur de l’Institut national de biomédecine, en présence de M. Jorge Arreaza, Vice-ministre du Développement scientifique et technologique.

L’Ambassadeur a salué dans son discours le “moment particulier” que représentait pour lui cette décoration, soulignant “l’honneur” que lui offrait cette opportunité de rendre hommage à l’œuvre et au travail du Docteur Jacinto Convit, une “sommité internationale”, lauréat de nombreuses récompenses tant nationales qu’internationales.

M. Laforêt a rappelé que la Légion d’honneur était la plus haute distinction honorifique de la République française, instituée en 1802 par Napoléon Bonaparte, qui récompense depuis sa création les mérites éminents rendus à la France par ses nationaux ou d’importantes personnalités étrangères. Il a souligné que l’attribution de cette prestigieuse décoration, hautement sélective, résultait d’une décision du Président de la République française et démontrait “la volonté particulière du Gouvernement français de mettre en avant la trajectoire exemplaire d’un grand Vénézuélien”.

Dans son discours, l’Ambassadeur a fait l’éloge des mérites du Dr. Convit au long de sa prolifique carrière de chercheur, dont la reconnaissance internationale est venue couronner la découverte d’un vaccin curatif contre la lèpre. Soulignant que “si vaincre le préjudice social fut, d’une certaine manière, plus difficile que de vaincre le bacille”, il a rappelé que le travail du Docteur Convit, “extrêmement important”, eut un “rôle historique” : son vaccin a permis, “en empêchant la diffusion du virus, d’éviter la contamination des membres de la famille des lépreux”.

M. Laforêt a mis en avant le caractère “d’authentique visionnaire” du Docteur, qui a su “conserver durant toute sa carrière ce même enthousiasme pour les causes nobles de la médecine”.

Il a ainsi rappelé que Jacinto Convit avait été lauréat en 2009 du Prix de la Fondation Alstom, venu récompenser un projet de prévention sanitaire en faveur des indiens Warao du delta de l’Orénoque, et avait lancé, à la tête de l’Institut de Biomédecine, “un traitement immunologique contre le cancer” actuellement en phase d’étude.

Mais, plus que tout, l’Ambassadeur a voulu souligner que “ce grand médecin est aussi un véritable humaniste”.

M. Laforêt a salué le rôle exemplaire du Docteur Convit comme “serviteur du service public”, qui “n’a jamais demandé un seul bolivar à ses patients”, en précisant qu’il fut au long de sa carrière un homme de science “totalement désintéressé”, allant jusqu’à offrir à l’humanité les résultats de ses recherches, à travers un don à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

M. Laforêt a par ailleurs rappelé que le Dr. Convit, un “homme de conviction”, avait travaillé toute sa vie pour que “les malades puissent profiter du bénéfice des brevets”. L’Ambassadeur a mis en avant la “lutte du Dr. Convit pour la justice sociale”, soulignant que “le but de ses recherches sur la lèpre avait été la défense des droits de l’homme des lépreux, lesquels souffraient, dans les années 30, d’isolement répressif”.

Il a précisé que les recherches du Docteur Convit avaient fait du Venezuela un pays pionnier en matière de médecine, soulignant que “grâce au travail du Docteur, le Venezuela a aboli le système d’isolement des lépreux. Ce fut le premier pays au monde à le faire, et l’OMS s’est ensuite inspirée du modèle vénézuélien pour appliquer cette mesure au niveau international”.

M. Laforêt a enfin comparé le Dr. Convit à d’autres grandes personnalités, telles que l’architecte brésilien Oscar Niemeyer et l’ambassadeur et écrivain français Stéphane Hessel : les trois hommes ont de grandes trajectoires et, perpétuellement à la recherche d’idées et de projets nouveaux, tentent d’améliorer la condition humaine. "Ce sont de véritables exemples pour les générations futures" a-t-il conclu.

* * *

L’Ambassadeur Laforêt a terminé son discours par ces mots :

Cher Docteur, vous dites parfois que “la plus belle des récompenses est le sourire d’un patient guéri, une récompense que l’on n’accroche pas sur un mur mais que l’on conserve au fond du cœur ”. C’est avec beaucoup de cœur et beaucoup d’affection que j’ai à présent l’honneur de vous remettre, et en français, ces insignes tant mérités de la République française :

Docteur Jacinto Convit, au nom du Président de la République française, je vous remets les insignes d’Officier de l’Ordre national de la Légion d’Honneur. "

Nous vous rappelons que vous pouvez consulter et télécharger :

- les photos de l’évènement
- et le dossier de presse thématique (en espagnol) :

Dernière modification : 11/03/2011

Haut de page