Côte d’Ivoire : déclarations du porte-parole du MAEE

JPEG

Paris, le 29 mars 2011

Au point de presse de ce jour, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères et européennes a fait les déclarations et a répondu aux questions suivantes :

- Question - Comment appréciez-vous la situation sur le terrain avec l’offensive des pro-Ouattara ? Quel est l’état des discussions concernant le projet de résolution et ce que contenait ce projet de résolution ?

Réponse - Effectivement, vous avez en tête les déclarations très fortes du président de la République vendredi dernier. S’agissant de la situation sur le terrain, je rappelle que nous considérons, comme la CEDEAO l’a exprimé lors du sommet de chefs d’Etat et de gouvernement qui s’est tenu les 23 et 24 mars derniers à Abuja, que "la situation actuelle résulte du refus de M. Gbagbo de céder le pouvoir à M. Ouattara, qui est le vainqueur universellement reconnu des élections du 28 novembre 2010." Nous appelons Laurent Gbagbo à mettre fin aux violences perpétrées par ses partisans et à se conformer enfin à la volonté populaire en se retirant sans délais. Nous condamnons avec la plus grande fermeté toute violence contre les civils.

S’agissant du Conseil de sécurité, la volonté du peuple ivoirien exprimée par les élections n’est pas respectée et la situation en Côte d’Ivoire s’aggrave de jour en jour. La communauté internationale doit agir. La France souhaite l’adoption rapide du projet de résolution que nous avons déposé vendredi avec le Nigéria et qui doit contribuer à la fin des violences, mettre un terme à l’usage des armes lourdes et ainsi renforcer les efforts de protection des civils. Il est important que l’ONUCI exerce pleinement son mandat avec toute la fermeté requise.

Nous ne pouvons pas attendre et nous travaillons avec nos partenaires à une adoption aussi vite que possible.

Dernière modification : 09/04/2011

Haut de page