Bénédicte MARTIN [es]

Bénédicte Martin (1978) est une femme de lettres française, guadeloupéenne par sa mère.

JPEG

Son premier livre, Warm Up (2003), recueil de nouvelles érotiques, reçoit le Prix Contrepoint et lance sa carrière d’écrivain, la faisant considérer comme l’instigatrice d’une nouvelle forme de féminisme.

Sous le titre Perspectives de paradis, elle publie en 2006 un deuxième recueil de « nouvelles amoureuses ».

Suit un recueil de poèmes en prose : Quelqu’un quelque part est foutu (2012) puis l’ouvrage La Source des femmes, co-écrit avec le réalisateur Radu Mihaileanu, auteur du film éponyme en compétition officielle lors du Festival de Cannes de 2010.
Son dernier ouvrage : La Femme lui vaut d’être en lice pour le Prix Renaudot, l’un des principaux prix littéraires français.

Benédicte Martin collabore ou a collaboré par ailleurs à de nombreuses revues parmi lesquelles Paris Match, Le Point, Marianne, VSD, Libération, L’Express, L’Officiel de la mode, etc.

Censures
La couverture du livre La Femme, représentant une femme nue dont les jambes sont remplacées par une lame de couteau, est censurée par Apple et par la librairie numérique Itunes. Son éditeur fait appel à diverses instances internationales, dont la Commission européenne, pour obtenir le retrait de cette décision.

Œuvres
  • Warm Up, Flammarion, 2003
  • Perspectives de paradis, Flammarion, 2006
  • Quelqu’un quelque part est foutu, Editions Stéphane Million, 2012
  • La Femme, Editions des Equateurs, 2014

JPEG
Warm up
(Flammarion, 2003)
Prix Contrepoint 2004

« Les coquettes sont une espèce très appréciée des hommes. Ce sont des filles somnambuliques avec une clair élastique et la gaieté facile. Leurs griffes sont rouges. Leurs yeux ont des orbites charbonnées d’insomniaques, elles fument beaucoup, ne boivent jamais d’eau, picorent tout le temps » Bénédicte Martin.

« Dans son roman “Warm Up” comme dans ses nouvelles, elle est l’espièglerie en personne » (Le Figaro, 15/10/2007).

« Dans “Warm Up”, Bénédicte Martin s’inspire de Colette, mélange étroitement fantasme et réalité » (Technikart, 05/03/2009).

« L’imagination sans fin, le mur de la réalité : les textes de Bénédicte balancent entre ces deux évidences » (Le Point, 17/01/2007).

JPEG
Perspectives de paradis
(Flammarion, 2006)

Des histoires de filles acidulées et romantiques, émouvantes et sexy, des instants d’amour et d’angoisse, les Perspectives de Paradis de Bénédicte Martin sont élégantes et frêles comme un battement de cil.

« Trois ans après “Warm Up”, recueil de nouvelles érotiques écrites avec du cœur, Bénédicte Martin publie un recueil de nouvelles du cœur écrites avec érotisme “Perspectives de paradis” »

« Le style toujours au bord du murmure. Dans chaque phrase, on n’entend pas seulement les mots de Martin mais aussi son souffle. Ecriture retenue de respiration »

« Bénédicte Martin est une extrémiste de la sensibilité. Tout ce qu’elle écrit est vibration, tension, émotion. Qui l’aime essuie ses larmes »

(Le Point, 17/01/2007).

JPEG
La Femme
(Editions des Equateurs, 2014)

De la maîtresse de maison à l’avortement, des mauvais combats du féminisme à la prostitution, du bonheur de la frivolité à la violence domestique, de la solidarité féminine au tabou de l’argent, de l’amour courtois au déclin du mâle, Bénédicte Martin épelle, dans le sillage de Colette, une féminité rebelle. Entre manifeste et poème, imprécation et programme, l’auteur tisse avec des mots brûlants et des vers luisants une héraldique de la femme contemporaine. Celle qui se désagrège à la quarantaine sur les marches des tribunaux, venant solder ses amours alors que sa sexualité est dans la fleur de l’âge ; celle qui échoue sur les rivages sableux d’un homme, forcée d’incarner à la fois la salope, la cuisinière et la bonne mère. C’est elle qui marche dans la rue, devant ou derrière vous, interrogeant et fouettant la condition de femme. Était-ce vraiment cela que le féminisme nous promettait ? Des pensions alimentaires et du sexe par-derrière ?

« Ces différents textes interrogent le statut de la femme depuis du combat pour l’avortement aux débats sur l’égalité homme-femme en passant par la prostitution, les violences conjugales, la maternité, etc. L’auteure croque et diffracte la femme de 2014. Entre manifeste et poème, elle présente un portrait de la femme contemporaine » (Bibliothèque Mollat, 2014)

Dernière modification : 28/10/2016

Haut de page